Focus sur les séances Mastermatch

Les séances Mastermatch du Congrès ADF
Deux conférenciers débattent et tentent de convaincre l’auditoire.


mercredi 24 novembre  


Implantation immédiate versus Implantation différée.

Implantologie // séance B21 - 11:00-12:00

Objectifs :
- Evaluer le risque post-extractionnel spécifique du secteur esthétique.
- Choisir le traitement le plus adapté dès l’examen initial.
- Améliorer la prévisibilité du résultat esthétique.

Responsable Scientifique : Jacques Malet

Conférenciers :
David Nisand - Implantation précoce
Nicolas Picard - Implantation immédiate

Résumé :
Le remplacement d’une dent antérieure par une prothèse implanto-portée est une entreprise délicate. La complexité des phénomènes biologiques et la difficulté d’analyse de la demande des patients peuvent conduire à se ranger derrière des pratiques simplifiant la réflexion.
Ces positions dogmatiques augmentent le risque d’échec à court ou long terme.
Le rôle du soignant est de s’appuyer sur des critères scientifiques, cliniques et éthiques, pour délivrer à chaque patient un traitement personnalisé, c’est à dire « sur-mesure ».

Pour cela une démarche systématique permet de recueillir les éléments de décision, qui sont :

- La demande du patient
- Les facteurs de risques locaux (biotype, occlusion entre autres)
- Les facteurs de risque spécifiques au patient (tabac en particulier)
- L’état du site opératoire après extraction
- Le niveau de preuve, en particulier sur la pérennité à long terme
- La reproductibilité de la proposition thérapeutique
- Le niveau de maitrise chirurgicale et prothétique

Il est alors possible d’anticiper les modifications parodontales post-chirurgicales et d’établir pour chaque approche, le rapport bénéfice/risque, qui est la clé de voute de la décision.

Facettes vs composites antérieurs

odontologie restauratrice, biomatériaux // séance B35 - 16:00-17:00

Objectifs :
- Optimiser son protocole de restauration en composite.
- Rationaliser son choix entre les techniques directes et indirectes.
- Éviter les pièges récurrents dans la réalisation des facettes

Responsable Scientifique : Frédéric Raux

Conférenciers :
Jean-David Boschatel - Facettes en céramiques
Lucile Dahan - Composites antérieurs

Résumé :
Les facettes, qu’elles soient en composite ou en céramique, sont en toute logique la continuité thérapeutique des composites antérieurs directs dans les cas des pertes de substance antérieures ou des modifications de forme. Mais il n’est pas toujours facile de choisir entre elles pour les situations intermédiaires ou certains cas particuliers.

Si la dextérité et la maitrise technique varie d’un praticien à l’autre, on ne peut se fier à des automatismes, ou systématiser nos choix pour tous nos patients. Jusqu’où peut-on pousser les techniques directes ? Quand basculer sur les techniques indirectes ? Et jusqu’où peut-on les indiquer ? Telles seront les principaux points abordés lors de cette conférence.

Mais si la théorie est indispensable, les conférenciers auront pour mission de partager avec nous, leurs protocoles et astuces afin de mener à bien ces thérapeutiques.

Quel conférencier vous aura le plus convaincu ? Ce sera à vous de juger !


jeudi 25 novembre


Retraiter ou extraire et implanter ?

pluridisciplinaire // séance C61 - 16:00-17:00

Objectifs :
- Savoir choisir entre l’alternative retraitement versus implant.
- Connaître les différents critères de décision.
- Mettre en œuvre l'option thérapeutique choisie avec le patient.

Responsable Scientifique : Dominique Martin

Conférenciers :
Grégory Caron
Eric Rompen

Résumé :
Depuis quelques années l’implantologie a pris une place de plus en plus grande dans nos propositions thérapeutiques, jusqu’à mettre en cause dans certaines situations les traitements conservateurs. Cette question de choix thérapeutique se pose tout particulièrement lorsque le patient consulte avec une infection d’origine endodontique sur une dent ayant déjà subi un traitement canalaire. Nous essaierons au cours de cette séance d’identifier les situations où l’alternative se présente entre un retraitement endodontique associé à une restauration coronaire et un traitement implantaire avec sa restauration prothétique. Nous aborderons les différents critères de décision, la démarche à entreprendre avec le patient et la mise en œuvre de l’option thérapeutique choisie avec son consentement.

La première molaire permanente délabrée : conservation vs extraction ?

odontologie pédiatrique // séance C62 - 16:00-17:00

Objectifs :
- Maîtriser le choix de conserver ou d’extraire une première molaire.
- Connaître les thérapeutiques pulpaires pour conserver la dent.
- Savoir indiquer l’extraction d’une première molaire délabrée.

Responsable Scientifique : Muriel De La Dure-Molla

Conférenciers :
Magali Hernandez - La première molaire en souffrance, les moyens et les limites de sa conservation.
Sylvie Legris - Pourquoi conserver la première molaire, que se passe-t-il quand on l’extrait ?

Résumé :
La première molaire permanente est une dent clef de l’arcade dentaire et plus exposée que d’autres à différentes pathologies : aux lésions carieuses par son arrivée chez un enfant jeune aux habitudes d’hygiène et alimentaire souvent perfectibles ou à des défauts de structure liés à sa susceptibilité aux perturbateurs environnementaux, l’ensemble dans un contexte d’éruption qui passe inaperçue. Ces atteintes peuvent très rapidement évoluer vers des nécroses pulpaires, alors même que la dent est encore immature. Sa prise en charge fait souvent l’objet de controverses entre conservation et extraction. Conserver, oui mais avec quel traitement restaurateur (résine composite, onlay ?...), quel traitement pulpaire ou endodontique (apexogenèse, apexification ?...) et pour quel pronostic ? Extraire : échec non sans conséquence ou seconde chance ? Quand y procéder et comment gérer l’espace ? Durant cette séance, le débat sera lancé entre les arguments en faveur de ces deux alternatives et leurs réserves.


vendredi 26 novembre


Les Vitrocéramiques par rapport à la Zircone ou le combat Vertiprep VS Préparation traditionnelle

prothèse fixe // séance D83 - 16:00-17:00

Objectifs :
- Maitriser les indications cliniques des vitrocéramiques et des zircones.
- Poser l’indication et connaître la mise en œuvre des vertiprep.
- Poser l’indication et connaître la mise en œuvre des vitrocéramiques.

Responsable Scientifique : Antoine Oudin

Conférenciers :
Pierre Layan
Louis Maffi-Berthier

Résumé :
La première molaire permanente est une dent clef de l’arcade dentaire et plus exposée que d’autres à différentes pathologies : aux lésions carieuses par son arrivée chez un enfant jeune aux habitudes d’hygiène et alimentaire souvent perfectibles ou à des défauts de structure liés à sa susceptibilité aux perturbateurs environnementaux, l’ensemble dans un contexte d’éruption qui passe inaperçue. Ces atteintes peuvent très rapidement évoluer vers des nécroses pulpaires, alors même que la dent est encore immature. Sa prise en charge fait souvent l’objet de controverses entre conservation et extraction. Conserver, oui mais avec quel traitement restaurateur (résine composite, onlay ?...), quel traitement pulpaire ou endodontique (apexogenèse, apexification ?...) et pour quel pronostic ? Extraire : échec non sans conséquence ou seconde chance ? Quand y procéder et comment gérer l’espace ? Durant cette séance, le débat sera lancé entre les arguments en faveur de ces deux alternatives et leurs réserves.


samedi 27 novembre


Dent dépulpée en demi finale : collage contre ancrage.

odontologie restauratrice, biomatériaux // séance E96 - 16:00-17:00

Objectifs :
- Connaître les procédures de restauration de la dent dépulpée.
- Comprendre les indications de la reconstitution corono-radiculaire.
- Savoir faire le choix des stratégies et des techniques de traitement.

Responsable Scientifique : Franck Decup

Conférenciers :
Pascal De March
Julien Brousseaud

Résumé :
La restauration de la dent dépulpée occupe toujours une partie importante de notre activité. Les possibilités des matériaux et des techniques de restauration évoluent mais le problème posé par la dent reste le même. Et il n’est pas aussi bien connu qu’on le croit !

Il est toujours bon de rappeler les procédures pour réaliser un Inlay-core ou une restauration corono-radiculaire Adhésive mais l’important est autant de savoir quand le faire que comment le faire.

Dans une première discussion, c’est la pertinence même de l’ancrage qui sera abordée. Sur des bases cliniques, nous réfléchirons ensemble au besoin de traitement de la dent pour déterminer à quelle situation répondent ces thérapeutiques. Tenant compte de l’importance de la préservation ou du renforcement cervical nous verrons l’influence de notre choix sur le résultat selon qu’il s’agisse d’intervention initiale ou de ré-intervention.

Dans une seconde partie, pour les situations cliniques les plus complexes, le débat s’ouvrira sur l’analyse du comportement biomécanique et clinique de chacune des techniques de restauration pour dégager les meilleurs arguments de notre choix.

Lire l'article consacré à ce Mastermatch dans Clinic 2021 n°42