Actualités

Le chirurgien-dentiste joue un rôle majeur dans le traitement de l’apnée du sommeil. La tâche de construire et de régler l’orthèse d’avancée mandibulaire incombe en effet au praticien. Un parcours sera consacré à cette technique à l’occasion du Congrès ADF 2017.

La technique d’avancée mandibulaire

La pose d’une orthèse d’avancée mandibulaire est l’une des techniques utilisées dans le traitement de l’apnée du sommeil. Existant depuis une quinzaine d’années, elle se développe aujourd’hui fortement. Cette technique, qui consiste à élargir l’espace aéropharyngien par l’intermédiaire du port nocturne d’une orthèse amovible, est préférée par beaucoup de patients aux masques à oxygène, mal supportés socialement. Les orthèses apparaissent comme une alternative thérapeutique qui participe au bien-être des patients. L’orthèse réussit dans la plupart des cas à traiter les ronflements et réduire le nombre d’apnées du sommeil, mais n’est pas tolérée par 100 % des patients. Il existe par ailleurs plusieurs formes d’orthèses, comme la captation de la langue qui nécessite une empreinte particulière.

Construire et régler l’orthèse d’avancée mandibulaire

Le diagnostic d’apnée du sommeil chez un patient est le plus souvent posé par l’ORL, le pneumologue ou le cardiologue. Ces spécialistes adressent alors le patient à un chirurgien-dentiste qui sera chargé d’élaborer, puis de régler l’orthèse d’avancée mandibulaire. « C’est un travail d’artisan, car la plus grande difficulté de l’orthèse est son réglage en bouche » souligne le docteur Claude Launois, président du Comité scientifique du Congrès ADF 2017. Le rôle du chirurgien-dentiste consiste en effet à prendre des empreintes de précision, à faire un enregistrement précis de la distance à laquelle la mandibule devra être avancée, puis à passer commande au laboratoire pour la réalisation de l’orthèse. Une fois l’orthèse fabriquée par le laboratoire, le chirurgien-dentiste doit régler l’occlusion avec la plus grande précision, car une malposition entrainerait de graves complications pour le patient. C’est un traitement qui nécessite des contrôles réguliers pour changer et adapter les bielles. Le praticien doit également vérifier que l’occlusion est bien assurée et qu’il n’y a pas de déplacement dentaire.

Le parcours Orthèses au Congrès ADF 2017

Le parcours Orthèses proposé dans la cadre du Congrès ADF 2017 se déroule sur deux jours, avec une partie théorique et une partie technique et mécanique. La première vise à détailler l’ensemble des formes d’orthèses existantes. Elle permet ensuite de préciser ce que les médecins généralistes ou spécialistes attendent du chirurgien-dentiste et le traitement qu’ils souhaitent obtenir. Au cours de l’atelier de travaux pratiques, les congressistes pourront apprendre à régler les orthèses en bouche. La durée de la séance de travaux pratiques ne permettant pas de réaliser les orthèses, les participants effectueront les réglages sur des orthèses mises à leur disposition, réalisées sur des cas cliniques réels.
L’objectif de ces deux journées de formation est de proposer un cheminement du début à la fin du traitement. Le parcours Orthèses s’adresse aux praticiens qui n’ont pas appris cette technique dans le cadre de leurs études et qui sont confrontés à une forte demande de la part de leurs patients. Dans le cas d’une prise en charge du traitement par la Sécurité sociale, actuellement envisagée, seuls les praticiens formés à cette technique pourraient en faire bénéficier leurs patients.

L’apnée du sommeil, avec de petits ou d’importants ronflements, provoque une baisse du taux d’oxygène dans le sang. Elle peut donc entraîner des conséquences graves

Voir le parcours orthèses


Je m'inscris